Conseils pour bien divorcer

Vous et votre époux avez fait le tour de votre mariage et de votre couple, vous êtes arrivés au bout de votre chemin à deux et il faut désormais entamer une séparation. La procédure de divorce vous semble la seule solution afin d’avancer dans votre vie, mais pour autant, faut-il s’y jeter à cœur perdu dans le but de tout effacer ?
Le divorce n’est pas un pansement, mais plutôt un moyen de tourner la page. Afin de le réussir, nous vous proposons 4 conseils essentiels à prendre en compte avant de démarrer une procédure de divorce avec votre conjoint. 

Dans un premier temps, vous allez devoir choisir votre procédure de divorce. En effet, en France, vous êtes en droit d’opter pour un divorce à l’amiable ou un divorce contentieux. Que ce soit un divorce par consentement mutuel, un divorce pour acceptation du principe de le rupture du mariage, un divorce pour faute ou un divorce pour altération définitive du lien conjugal, votre choix dépendra de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Pour vous aider dans votre choix, référez-vous à notre article Quelle procédure de divorce choisir ?

Ne laissez pas les sentiments décider de tout lors de la procédure de divorce

Il est fréquent d’entendre de futurs divorcés, se promettre des arrangements mutuels avant de divorcer. Ils ne répondent pas toujours aux besoins et au bien-être des futurs ex-époux ou de leurs enfants. Les avocats respectifs des époux sont là pour aider.

Le premier de nos conseils concernant votre divorce est le suivant : garder la tête froide. L’amour que l’on porte à celle ou celui qui nous quitte ou à l’inverse, la haine qui nous habite, ne doit jamais prendre le dessus sur votre raison. C’est elle qui doit guider vos pas afin de préserver vos intérêts et ceux de votre enfant ou de vos enfants. Pour cela, lors du divorce, vous devez vous faire accompagner d’un avocat spécialiste en droit de la famille. Il sera là pour vous conseiller et vous proposer la meilleure option possible pour divorcer, en prenant en compte des conditions de séparation de votre couple.

Ne rédigez pas la convention de divorce en imaginant reconquérir votre ex-époux, reconstruire votre couple, ou en espérant lui faire payer une aventure. Ne pensez qu’à l’avenir, à votre vie, à votre famille (si vous en avez une), avec raison et détermination en oubliant vos sentiments.

Prévoyez le budget de votre divorce

Divorcer de votre conjoint est parfois un besoin impérieux pour ne pas dire vital. Il est donc logique d’imaginer le faire rapidement. 

Cependant, tout comme le mariage a un coût, le divorce également (honoraires avocats, prestation compensatoire, pension alimentaire, frais de notaire…). Même avec la plus simple des procédures, vous engagerez des frais inhabituels avec un budget qui peut être parfois serré. En effet, le coût du divorce varie en fonction de la procédure choisie. Si votre époux(se) et vous avez opté pour un divorce à l’amiable, par consentement mutuel, la procédure sera bien plus rapide est moins coûteuse que celle d’un divorce contentieux. A l’inverse, si vous avez entamé une procédure de divorce pour faute, pour altération définitive du lien conjugal ou pour acceptation du principe de rupture du mariage, la durée et le coût du divorce seront bien plus élevés que lors d’un divorce amiable.

Alors est-ce bien nécessaire de finir le mois, l’année dans le rouge ? De priver son enfant(s) de vacances afin de signer une convention pour une séparation qui elle est déjà réelle ? Réfléchissez au budget avant de vous lancer et planifiez votre divorce. Tout comme on planifie les dépenses liées à une union, on peut également prendre le temps de le faire pour celles liées à un divorce.

Ne pas idéaliser les juges et la justice

Vous la femme ou le mari bafoué, vous aurez forcément la prestation compensatoire que vous demandez, la garde de(s) l’enfant(s) ou encore, la maison de bord de mer, car c’est vous qui avez subi cet adultère dans le couple. Ainsi, pour tout manquement aux obligations du contrat de mariage de votre couple, vous pouvez demander et gagner le divorce pour faute. Il s’agit de votre droit en tant que conjoint.

Eh bien ce n’est pas aussi simple que ça… Les divorces pour faute ne sont pas une partie gagnée d’avance, malgré ce que les films veulent nous faire croire. 

Parlez-en avec votre avocat, il est votre meilleur conseiller. Mais gardez bien en tête qu’il y a une différence entre ce que vous attendez et la décision qui sera rendue devant la justice. La décision du juge aux affaires familiales dépendra de ce que dit la loi présente dans le code civil vis à vis de votre situation. 

Les divorces avec un juge aux affaires familiales sont les divorces contentieux. Si vous faites le choix de commencer une procédure de divorce par consentement mutuel, alors il s’agit d’un acte officiel de divorce sans juge. Attention, sans juge ne veut pas dire sans avocat.

Ne dire que la vérité, rien que la vérité

Le dernier de nos conseils concernant votre divorce : il faut toujours dire la vérité. Qu’il s’agisse des enfants, des parents, des proches, de votre avocat ou au juge, le divorce est un acte officiel et légal qui se doit d’être respecté en tant que tel.

Vous ne devez pas chercher à mentir sur la réalité de la séparation avec votre conjoint dans le but d’obtenir les faveurs d’un juge ou de votre famille. Au cours de la procédure de divorce et lors de l’audience, soyez juste avec vous-même et votre futur ex-époux, cela vous garantira de ressortir de cette épreuve grandi(e) et apaisé(e).


En conclusion, la procédure de divorce est une étape dans la vie de deux époux. En France, cette étape est très difficile et ne doit pas être prise à la légère puisqu’elle risque d’engendrer de nombreuses conséquences et changements. Prenez le temps de préparer votre divorce et aider vous de ces quelques conseils et de ceux de votre avocat afin de démarrer votre nouvelle vie sans regret. 

Plus de contenus sur le sujet