Article ma nouvelle vie de famille recomposée

Le divorce et après ? Après, il y a l’adaptation parentale, peut-être pendant un temps la monoparentalité, ensuite la rencontre d’un nouveau conjoint et puis ce qu’on appelle la recomposition familiale. Cette nouvelle vie de famille n’est pas toujours évidente à mettre en place, car elle demande aux enfants de s’adapter à un nouveau cadre de vie et de partager leurs parents. Alors comment trouver un certain équilibre familial ? 

Évidemment, il y a toujours une volonté de réussir sa nouvelle vie de famille à la suite d’un divorce. Mais avant de se diriger vers de nouveaux projets familiaux, prenez note de ces conseils précieux : 

Enlevez de votre tête et de celles de vos enfants les bons vieux clichés  

Non, la famille parfaite n’existe pas ! Et non, la belle-mère n’est pas une marâtre machiavélique qui cherche à vous apprivoiser et à vous éloigner de vos enfants ! Alors en effet, depuis toujours, c’est ainsi qu’elle est représentée dans les contes pour enfants. 

Vous savez, cette femme aux traits bien marqués par la méchanceté, et caractérisée par sa cruauté envers l’enfant de son nouveau mari ? Difficile donc de grandir sans garder à l’esprit une image complètement erronée de la réalité. Il faut avouer que la place de la belle-mère est plus difficile à prendre que celle du beau-père, car l’enfant peut ressentir de la loyauté vis-à-vis de sa propre mère. 

De plus, la belle-mère étant encore considérée comme une rivale pour l’enfant, celui-ci peut penser qu’elle est à l’origine de la séparation entre ses parents. C’est donc un réel défi qui vous attend ! Mais encore une fois, vous devez laisser le temps à votre enfant de s’habituer et comprendre qu’il n’y a aucune rivalité entre sa mère et sa belle-mère et donc qu’il peut dépasser ce conflit de loyauté. 

Mais connaissez-vous le terme parâtre ? Quant à lui, beaucoup moins employé, n’est-ce pas ? 

Discutez avec votre conjoint(e) de sa place au sein de la famille

Est-ce qu’il/elle va devoir aider les enfants à l’école ? Prendre le bain à votre place ? Toutes ces questions un peu banales sont importantes, car se les poser évite les moments de gêne et les crises inutiles. Vous devez donc lui signifier à quel point il/elle doit s’investir dans l’éducation de vos enfants et inversement.  

Vous pouvez également lire notre article Comment présenter mon nouveau partenaire à mes enfants ?

Mettez-vous à la place de vos enfants

Il est aussi important de respecter les sentiments et les émotions de vos enfants pour qu’ils puissent intégrer en douceur votre nouveau(elle) partenaire et créer une relation complice avec lui/elle. Car un enfant peut penser que ses parents vont se remettre ensemble, il est donc important d’en discuter avec lui.  

De toute évidence, il se rendra compte au fur et à mesure que rien ne sera plus comme avant… Ce n’est jamais évident pour un enfant de se retrouver au milieu d’une famille recomposée. Pour lui, tout est redistribué, modifié, partagé et il peut aussi s’interroger sur sa place. Les enfants doivent comprendre que personne ne remplacera leur autre parent et que vous êtes toujours là pour eux, même si la famille s’est agrandie. Mais rassurez-vous, bien souvent l’enthousiasme se manifeste avec le temps et une fois les aprioris envolés. 

Et justement, comment favoriser l’entente au sein de cette nouvelle famille ?  

Servez-vous d’outils concrets pour apprendre à vos enfants ce qu’est une famille recomposée

Vous pouvez toujours favoriser l’entente familiale via des jeux ou des créations. Les enfants ont beaucoup d’imagination et ils pourraient être assez enthousiastes à l’idée de jouer aux cartes ou à des jeux de société. Mais pas n’importe lesquels ! Essayez justement d’intégrer des jeux en rapport avec la famille voire la recomposition familiale. Connaissez-vous, par exemple, le jeu de cartes de 8 ou 7 familles ?  Il existe également un grand nombre de livres à ce sujet ! (à retrouver ci-dessous)*

Plus original, vous pouvez toujours créer un arbre généalogique en y intégrant cette nouvelle famille recomposée. Cela permet d’en prendre la mesure et de montrer que personne ne prend la place de l’autre et certainement pas la place du parent absent. Complétez-le avec des photos de famille par exemple ! C’est à vous de prendre des initiatives pour tenter de les mettre à l’aise et encore une fois de les rassurer. En revanche, il ne faut pas seulement s’attarder sur l’aspect éducatif. Le jeu permet justement à la relation de se mettre en place, d’une manière beaucoup plus légère et non contrainte.

*Léon a deux maisons, un petit livre pour parler de la séparation des parents, de Dominique De Saint Mars et Serge Bloch, 1996

*Le petit livre pour mieux vivre le divorce, de Françoise de Guilbert et Pascal Lemaître, 2006

*Parents séparés et moi alors ?, Françoise de Guibert, 2006

*Le grand livre de la famille, de Stéphanie Ledu et Stéphane Frattini, 2008

Préservez la place physique pour chaque enfant 

Chacun des enfants doit sentir qu’il a toujours sa place lorsqu’il revient à la maison même pour un week-end ou quelques jours. La préservation de leur espace personnel montre que vous ne les avez pas oubliés et un accueil chaleureux, que vous aviez hâte qu’ils reviennent pour partager des moments avec eux. Je ne vous conseille donc pas de laisser traîner la pile de linge sale sur leur lit au risque de créer des jalousies ou un sentiment de rejet chez vos enfants.

Par ailleurs, vous devez montrer que leurs différences, et plus particulièrement leurs spécificités, sont complémentaires et créent du lien. L’enfant développe ainsi un sentiment d’appartenance. 

Privilégiez la communication positive 

À l’instar de l’éducation positive, de plus en plus plébiscitée par les parents, évitez le langage un peu trop accusateur tel que “mauvais garçon“ ou “mauvaise fille“. Même s’ils ont commis une bêtise, faites leur comprendre que vous n’appréciez guère ce comportement mais en commençant par une note positive. Par exemple, “tu sais que je t’aime et que je t’aimerais toujours, mais là ce que tu as fait n’est pas bien“. Votre enfant pourrait penser que vous ne l’aimez plus autant qu’avant alors rassurez-le sur votre amour. Certes, sur l’instant vous n’avez qu’une envie c’est de vous arracher les cheveux, mais vous n’avez rien à perdre à essayer !

Pratiquez une activité sportive ensemble 

Vous n’y pensez peut-être pas forcément, mais le sport est une activité familiale plutôt bénéfique pour vous et vos enfants. En effet, le sport défoule, amuse, et permet également de gérer ses émotions. Et puis, ils seront certainement fatigués en rentrant… Au-delà de pratiquer une activité ensemble, le but est d’essayer de créer un lien fraternel entre les enfants. Un lien qui passe souvent par de l’amitié. C’est donc un réel défi pour vous, car il faut arriver à organiser des activités qui puissent justement les rapprocher. Certes, ils ne sont pas obligés de s’aimer, mais ils doivent tout de même se respecter et accepter la place de l’autre au sein de cette nouvelle famille.

Attention, même si pratiquer une activité en famille est important, privilégiez aussi des temps avec chacun des enfants pour conserver ou favoriser ce lien familial ainsi que la communication. L’objectif étant aussi de préserver la relation fusionnelle que vous aviez avec vos propres enfants avant cette nouvelle recomposition familiale

Continuez à valoriser les enfants

Même si la recomposition familiale demande beaucoup de temps et d’énergie, vous devez continuer à écouter et à valoriser vos enfants.  Évitez, par exemple, de les comparer entre eux, car ils pourraient penser qu’ils sont moins bien que les autres ou que vous les aimez moins. Maintenant que vous avez une nouvelle famille, il est important que vous soyez présent(e) afin de les aider à intégrer ce nouveau système, car un enfant en perte de repères essaiera de se faire remarquer et d’attirer l’attention et pas nécessairement comme vous le souhaiteriez…

Sources

La Maison des Maternelles, Famille recomposée : mode d’emploi, mars 2017 

Amandine Langevin, psychologue clinicienne et psychothérapeute, Divorce, séparation : comment accompagner l’enfant ?, janvier 2020.

Plus de contenus sur le sujet